FACTEM

 

Fédération des Associations Catalanes des Traditions d’Etang et de Mer

Fédération des Associations Catalanes des Traditions d’Etang et de Mer

 

FACTEM

 

 

Quelle est l’origine de la barque catalane ?

 

En fait, cette barque est un trésor qui a l’âge de la civilisation méditerranéenne. El « ilagut », comme on dit en catalan, porte fièrement cette voile latine, gréement traditionnel utilisé sur les bateaux depuis la fin de l’Antiquité. On trouve les représentations de ce type de voile haute et triangulaire sur les embarcations qui ont navigué sur tout le pourtour du bassin méditerranéen, de l’embouchure du Nil aux rivages catalan français et espagnols en passant par le Maghreb, jusqu’au début du XXème siècle.
Petit à petit, les voiles ont été abandonnées au profit de la motorisation, et ceci s’est appliqué aux barques dès 1926.
Barques catalanes à Collioure
A partir de 1960, les embarcations traditionnelles sont délaissées pour des chalutiers plus gros et des bateaux à moteur électrique avec des coques de plastique à la place des bonnes vieilles coques en bois. Les barques catalanes sombrent alors dans l’oubli. Abandonnées, pourrissant sur les plages, la plupart sont même brûlées directement sur place jusque dans les années 1990, au nom du renouvellement de la flotte de pêche française.

 

 

 

 

Quelles sont les particularités de la barque catalane ?

 

La barque catalane « Albada » sur cale, en hivernage au port de Banyuls-sur-Mer.
La barque catalane « Albada » fut construite en 1954 à Valras (Hérault-Occitanie) par les chantiers de charpenterie marine Doumairon. L’ « Albada » signifie « aube » ou « aubade » en catalan. Elle appartient à l’association de conservation et de transmission du patrimoine maritime catalan « Vela i Vent » située à Banyuls de La Marenda.
La barque catalane « Bel Ange » Amarrée dans le port de Collioure
La barque catalane « Albada » fut construite en 1954 à Valras (Hérault-Occitanie) par les chantiers de charpenterie marine Doumairon. L’ « Albada » signifie « aube » ou « aubade » en catalan. Elle appartient à l’association de conservation et de transmission du patrimoine maritime catalan « Vela i Vent » située à Banyuls de La Marenda.
La configuration de ces bateaux de pêche catalans a été pensée pour répondre à son usage sous le climat particulier des Côtes de la Catalogne.
La pêche au filet des sardines et anchois dans le Golfe du Lion présente des conditions de navigation spécifiques compte tenu des houles et des vents de la région (Tramontane).
Ainsi, la barque catalane qui, en général, mesure moins de 10 mètres, est pointue aux deux extrémités. Cela lui permet de faire front aux houles provoquées par les tempêtes de la Méditerranée et de limiter les chocs en brisant les vagues.
Ce bateau en bois arbore une grande voile traditionnelle latine qui peut atteindre une surface de 90m² et pivotant à 360°. Cette voile triangulaire permet à l’embarcation de s’adapter aux changements brusques et fréquents d’orientation et de force du vent (il peut passer de la petite bise méditerranéenne au souffle parfois très violent de la Tramontane). Le gréement latin permet à cette barque de naviguer « au près », c’est-à-dire contre le vent.
Afin d’éviter toute submersion du bateau, la cambrure du pont est conçue pour que les paquets de mer qui peuvent s’abattre en cas de tempête s’évacuent au plus vite.

 

 

 
 
A l’origine, la Catalane était fabriquée en 3 points de la Côte vermeille : à Banyuls de la Marenda, Collioure et Barcarès. La rivalité entre ces villes du Pays catalan était de rigueur. On dit que les barques de Banyuls étaient les plus rapides car fabriquées comme des œuvres d’art.
Même si la Catalane ressemble à une barque commune et toute simple, juste équipée d’une voile, sa morphologie en fait un superbe outil pour naviguer et pêcher, capable d’une vitesse étonnante.
La nouvelle vie aujourd’hui des barques catalanes
Naufragées du passé, ces embarcations catalanes peuvent de nouveau aujourd’hui arborer leur superbe voile latine qui leur donne une allure folle et une élégance incomparable !
Elles font partie du Patrimoine Maritime Catalan et l’atelier des barques ouvert en 2010 par le Conseil départemental a pour mission de valoriser ce patrimoine en restaurant une collection de barques méditerranéennes. Il les restitue ensuite au public sous différentes formes : navigation, collection à quai, muséographie, outils pédagogiques…
Cet atelier charpentier de marine est situé dans la baie de Paulilles, sur le territoire de Port-Vendres, dans les Pyrénées orientales aux pieds du massif des Albères. L’anse de Paulilles, bijou de la Côte catalane, est un site maritime exceptionnel protégé par le Conservatoire du littoral et par l’organisation européenne Natura 2000. Faites y un détour si vous séjournez dans la région, vous pourrez visiter cet atelier extraordinaire qui fait ressusciter ces barques qu’on pensait perdues.
Scrutez le littoral catalan et vous allez en apercevoir ! Sagement amarrées dans les ports de la Côte vermeille elles vous feront rêver à des temps pas si lointains. Et aux beaux jours, si vous levez le nez de la plage où vous vous faites dorer, vous pourrez aussi les voir naviguer au large, là où sont organisées les régates à la voile. C’est un spectacle à ne surtout pas manquer !
Barque catalane « Ufana » manœuvrée dans le port de Collioure
Barques catalanes à Canet
Lorsqu’elles ne hissent pas la voile, vous aurez l’occasion de les applaudir lors de régates à la rame organisées par les nombreuses associations de rameurs sur « Ilaguts » au départ de Port-Barcarès, Saint-Cyprien, Collioure, Port-Vendres ou Cerbères… Le premier Championnat Régional « d’Ilagut de Rem » (Catalane à 6 rameurs) a eu lieu en été 2013 à Port-Barcarès, dans les Pyrénées orientales.
De nombreux passionnés redonnent vie à ces petits bateaux de pêches catalans, sous forme de maquettes. Dans le monde de la maquette de bateau en bois, elles sont en bonne place. Des férus de modélisme naval  reproduisent à l’échelle ces fleurons de la navigation catalane grâce aux plans de construction de l’époque.

 

 

 

 

La barque catalane « Albada » sur cale, en hivernage au port de Banyuls-sur-Mer.

 

 

 

La barque catalane « Albada » fut construite en 1954 à Valras (Hérault-Occitanie) par les chantiers de charpenterie marine Doumairon. L’ « Albada » signifie « aube » ou « aubade » en catalan. Elle appartient à l’association de conservation et de transmission du patrimoine maritime catalan « Vela i Vent » située à Banyuls de La Marenda.

 

 

La barque catalane « Bel Ange » Amarrée dans le port de Collioure

 

La barque catalane « Albada » fut construite en 1954 à Valras (Hérault-Occitanie) par les chantiers de charpenterie marine Doumairon. L’ « Albada » signifie « aube » ou « aubade » en catalan. Elle appartient à l’association de conservation et de transmission du patrimoine maritime catalan « Vela i Vent » située à Banyuls de La Marenda.

Le saviez-vous ?

 

De nombreuses festivités liées aux traditions des gens de la mer sont organisées chaque année fin juin, début juillet à l’occasion de la Saint Pierre, patron des pêcheurs. Les Catalanes y sont à l’honneur !

Rejetées il y a peu, ces barques sont aujourd’hui bichonnées par de nombreux membres d’associations qui apportent aux belles Catalanes leur temps, leur savoir-faire et leur passion pour les réparer et les entretenir avant leur sortie dès le printemps pour le plus grand plaisir des locaux et des touristes.